Communiqué de presse
16 juin 2021


Entente de principe – négociation

Négociation du secteur public
Entente de principe entre la FPPE-CSQ et le CPNCF

Montréal, le 16 juin 2021. – La Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation du Québec (FPPE-CSQ) annonce avoir conclu une entente de principe sectorielle avec le Comité patronal de négociation pour les centres de services scolaires francophones (CPNCF) pour le renouvellement de la convention collective de ses membres.

« Les professionnelles et les professionnels de l’éducation sont des piliers de la réussite des élèves et des membres incontournables de l’équipe-école. Cette entente est un pas important vers la reconnaissance de leur expertise spécifique dans un réseau scolaire qui doit favoriser l’attraction du personnel et assurer une chance de réussite pour tous les élèves », affirme Jacques Landry, président de la FPSS-CSQ.

L’entente, survenue le 14 juin, en soirée, concerne le renouvellement de la convention collective P1 (le personnel professionnel des centres de services scolaires francophones) et sera en vigueur jusqu’au 31 mars 2023.

Elle a été entérinée par les déléguées et délégués du conseil fédéral de la Fédération et sera présentée aux membres des centres de services scolaires francophones, pour approbation, dans les prochaines semaines.

Les négociations se poursuivent pour le renouvellement des conventions du personnel professionnel des commissions scolaires anglophone, crie et Kativik.

– 30 –

Profil de la FPPE-CSQ

La Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation du Québec (FPPE-CSQ) représente 19 syndicats regroupant 10 000 membres répartis dans la quasi-totalité des centres de services scolaires du Québec, francophones et anglophones, ainsi que des commissions scolaires Crie et Kativik. Elle compte parmi ses membres différentes catégories de personnel dans les secteurs administratif, pédagogique et dans les services directs aux élèves (entre autres, psychologues, psychoéducatrices et psychoéducateurs, orthophonistes, conseillères et conseillers d’orientation, orthopédagogues, etc.).

Renseignements

Karine Lapierre
Conseillère en communication, FPPE-CSQ
Cell. : 514-213-4412
Courriel : fppe.lapierre.karine@lacsq.org

Communiqué de presse – PDF

Communiqué de presse



Équité salariale – entente

Plaintes du maintien de l’équité 2010
« Une entente après 10 ans de revendications pour des professionnelles de l’éducation »

Montréal, le 16 juin 2021. – La Fédération des professionnelles de l’éducation du Québec (FPPE-CSQ) annonce qu’elle convient d’une entente avec le Secrétariat du Conseil du trésor dans le cadre du règlement des plaintes de maintien de l’équité salariale de 2010. Cette entente concerne les corps d’emploi pour lesquels la FPPE-CSQ représente la majorité des travailleuses des catégories d’emploi visées et aura pour effet le rehaussement des rangements salariaux.

Cette entente touche environ 2 200 salariées et salariés, dont une vaste majorité de femmes (des bibliothécaires, des conseillères en rééducation, des agentes de rééducation du langage et de l’audition, des conseillères d’orientation et des conseillères en formation scolaire), pour qui elle permet d’obtenir une meilleure reconnaissance de la valeur de leur emploi après plus de 10 ans de revendications de la FPPE-CSQ.

Le président de la FPPE-CSQ, Jacques Landry, confirme que l’entente avec le gouvernement du Québec constitue un geste important de reconnaissance à l’endroit des professionnelles et professionnels, mais particulièrement à l’égard des femmes du Québec.

« En dépit de l’adoption de la Loi sur l’équité salariale à la fin des années 90, plusieurs corps d’emploi occupés majoritairement par des femmes, notamment dans le milieu scolaire, n’étaient pas reconnus à leur juste valeur. Il était plus que temps que le gouvernement du Québec leur rende justice », reconnaît-il.

Malgré l’importance de l’entente, la FPPE-CSQ spécifie que plusieurs plaintes de maintien de l’équité salariale 2015 restent toujours à régler et que l’actuelle Loi sur l’équité salariale demeure imparfaite pour réellement corriger les iniquités qui prévalent toujours dans la société québécoise.

« Tant que l’équité salariale ne sera pas atteinte, la FPPE-CSQ continuera de porter la voix des femmes du Québec, qui méritent que leur travail soit reconnu et rétribué à sa juste valeur », souligne le président de la FPPE-CSQ, Jacques Landry.

– 30 –

Profil de la FPPE-CSQ

La Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation du Québec (FPPE-CSQ) représente 19 syndicats regroupant 10 000 membres répartis dans la quasi-totalité des centres de services scolaires du Québec, francophones et anglophones, ainsi que des commissions scolaires Crie et Kativik. Elle compte parmi ses membres différentes catégories de personnel dans les secteurs administratif, pédagogique et dans les services directs aux élèves (entre autres, psychologues, psychoéducatrices et psychoéducateurs, orthophonistes, conseillères et conseillers d’orientation, orthopédagogues, etc.).

Renseignements

Karine Lapierre
Conseillère en communication, FPPE-CSQ
Cell. : 514-213-4412
Courriel : fppe.lapierre.karine@lacsq.org

Communiqué de presse – PDF

Le syndicat en bref

photo

Notre mission

En quoi consiste notre rôle? Il y a la défense des membres, entre autres.

photo

Négociation 2020

Pour les pros, il faut que ça change maintenant

photo

Nos membres

Les professionnelles de l’éducation du Bas-Saint-Laurent. Qui sont-ils?

photo

Le contrat de travail

Quels sont vos droits et vos responsabilités en vertu du contrat collectif de travail?

photo

Actualités

Pour tout savoir de ce qui se passe dans notre organisation syndicale, par ici...

photo

Nos dossiers

Vous avez besoin d’information en lien avec les droits parentaux, la retraite, les assurances ?

Notre structure et les représentants

Notre syndicat représente les membres de deux centre de services scolaires, sa structure est donc conçue pour veiller à ce que des membres de chacune de ces organisations puissent jouer un rôle de proximité auprès des membres. Le conseil d’administration est composé des représentants de l’exécutif et des représentants d’unités

Instance exécutive

Les membres de l’exécutif voit à la mise en œuvre des actions du syndicat selon les responsabilités de chacun. Ils ont en outre un rôle politique auprès des centres de services scolaires.

Diane Bélanger
Psychoéducatrice
Présidente

Sylvie Codère
Psychologue
Vice-présidente
Julie St-Georges
Psychoéducatrice
VP aux communications
Gaétan Côté
Conseiller d'orientation
VP aux affaires financières


Les unités

Les membres travaillant dans chaque centre de services scolaire font partie d’une unité indépendante qui voit à la représentation des membres auprès de employeur. Il y a donc deux unités dans notre organisation, l’unité des Monts-et-Marées et l’unité des Phares. C’est techniquement à leurs représentants d’unité que les membres doivent s’adresser lorsqu’ils estiment avoir un problème ou lorsqu’ils ont des questions.

Karine Dupont
Animatrice à la vie étudiante
VP à l'unité des Phares
Maude Beauchesne-Rondeau
Orthopédagogue
Déléguée adj. des Phares
Geneviève Lévesque
Orthopédagogue
Déléguée adj. des Phares

Anick Fortin
Conseillère pédagogique
VP à l'unité Monts-et-Marées
France-Annie Lavoie
Conseiller en rééducation
Déléguée adj. Monts-et-Marées
Temporairement vacant
Délégué(e) adj. Monts-et-Marées

Capsules des droits et responsabilités d’un syndiqué

Quels sont mes droits lors d’un déménagement?

La convention prévoit un jour de congé pour le changement de domicile et ce une fois par année civile, le jour du déménagement. Les clauses 7-4.00 et suivantes précises ces droits et plusieurs autres (décès dans la famille, mariage, ordination…).

Que doit inclure mon contrat d’embauche?

Il n’est pas automatique pour un professionnel de devoir signer un contrat. Selon le statut d’engagement, la Commission scolaire aura ou non l’obligation de produire un contrat. Pour les surnuméraires et les remplaçant, la CS peut procéder par lettre d’engagement et devra inclure sensiblement les mêmes informations. Consultez la convention aux articles 5-3.04 pour en savoir plus.

Peut-on me refuser un avancement d’échelon?

La clause 6-10.00 de la convention collective prévoit qu’un professionnel a droit à un changement d’échelon à tout les 6 mois pour les 8 premiers échelons et une fois l’an pour les 10 échelons subséquents. Si vous croyez que cette clause n’a pas été respectée, faites vos vérifications et communiquez avec vos représentants d’unité à la page contact du site.

Coordonnées

150 rue Émile-Labbé
Amqui, Québec
G5J 1J4

(418) 629-0522

Affiliations

Nous joindre