Communiqué de presse
24 mars 2021


Enquête de la FPPE-CSQ et du SPPEBSL-CSQ au Bas-Saint-Laurent

Le manque de personnel professionnel affecte les services aux élèves

Amqui, le 23 mars 2021. – « Le manque de professionnelles et professionnels de l’éducation dans les écoles du Bas-Saint-Laurent a des conséquences sérieuses sur les services aux élèves, alors qu’il est devenu difficile de faire de la prévention et que le personnel ne peut intervenir qu’auprès des cas les plus urgents. »

Tel est l’un des faits saillants de l’enquête menée par la Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation du Québec (FPPE-CSQ) et le Syndicat des professionnelles et professionnels de l’éducation du Bas-Saint-Laurent (SPPEBSL-CSQ) auprès de leurs membres de la région.

Le président de la FPPE-CSQ, Jacques Landry, et la présidente du SPPEBSL-CSQ, Diane Bélanger, ont dévoilé ce matin, en conférence de presse, un portrait préoccupant de l’état des conditions de travail et de pratique des professionnelles et professionnels de l’éducation au Bas-Saint-Laurent. L’enquête démontre également que près de 20 % des personnes qui ont répondu au sondage songent à quitter leur emploi pour une autre raison que la retraite. Parmi eux, 60 % aimeraient occuper un emploi similaire dans le secteur privé alors que 40 % envisagent d’occuper un autre type d’emploi toujours dans le secteur privé.

Quant aux raisons invoquées par celles et ceux qui souhaitent quitter leur emploi, 100% identifient la lourdeur de la tâche comme motif et 75% le salaire insuffisant.

Un manque de ressources qui s’explique

La présidente du SPPEBSL-CSQ, Diane Bélanger, soutient que le manque de ressources professionnelles est dû notamment à un sérieux problème d’attraction et de rétention du personnel, créé par les conditions de travail peu attrayantes. Outre la surcharge de travail, 54 % des répondantes et répondants au sondage ont identifié trois autres raisons qui expliquent le manque de ressources : l’incapacité à combler les postes, la difficulté à retenir les ressources et le non-remplacement des personnes absentes.

Plus précisément, 80 % des personnes se considèrent en surcharge de travail. Dans ce contexte, 86 % des professionnelles et professionnels interrogés déplorent ne pas pouvoir effectuer d’interventions préventives auprès des élèves et 69 % disent avoir un trop grand nombre d’écoles à couvrir.

Une sous-traitance nuisible et l’obligation pour les parents de recourir aux ressources privée

La présidente du SPPEBSL-CSQ identifie également la sous-traitance des services professionnels comme affectant la capacité à assurer des services d’aide aux élèves ayant des besoins.

« Plutôt que d’améliorer les conditions de travail afin d’enrayer les problèmes d’attraction et de rétention du personnel, la direction du Centre de services scolaires, oblige les parents à devoir défrayer pour des ressources professionnelles en privé pour que leur enfant puisse être évalué et recevoir des services dans un délais raisonnable. Le délais d’attente va jusqu’à deux ans pour avoir accès à une évaluation psychologique. Malheureusement, cette façon de faire rend difficile de faire les suivis qui s’imposent à la suite des évaluations. Sans compter que l’absence de ces professionnelles et professionnels dans le milieu scolaire complique d’autant plus les suivis auprès des élèves », explique Diane.Bélanger.

Cette dernière résume la situation en mentionnant qu’essentiellement, ce sont les élèves qui perturbent le plus la classe qui ont accès aux services d’aide professionnelle, alors que les autres qui ont des besoins qui semblent moins criants sont laissés à eux-mêmes. Pendant ce temps, les problèmes de ces derniers ne font que se détériorer.

Une situation semblable partout au Québec

Pour sa part, le président de la FPPE-CSQ soutient que la situation difficile vécue dans la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine est semblable à celle vécue par le personnel professionnel partout à travers le Québec. « Notre sondage, qui a reçu plus de 3 000 réponses, indique qu’un pourcentage élevé de nos membres songent à quitter leur emploi, pourcentage qui varie entre 23,5 % et 51,2 %, selon les corps d’emplois. Les raisons invoquées, par ordre d’importance, sont la lourdeur du travail (63 %), le manque de reconnaissance (49 %) et le salaire (41 %). C’est dire à quel point la situation est sérieuse », de commenter Jacques Landry.

À noter que, parmi ceux qui envisagent de quitter leur emploi, la moitié d’entre eux souhaiteraient aller occuper un emploi semblable au privé où ils bénéficieraient de meilleurs salaires et conditions de travail.

Des faits saillants qui interpellent

Parmi les autres faits saillants ressortant du sondage mené auprès de l’ensemble des membres de la FPPE-CSQ au Québec, notons les suivants :

  • 78 % des répondants affirment que seuls les élèves ayant un problème jugé urgent ont accès à un service;
  • 73 % ont identifié une impossibilité de faire le nombre de suivis qu’ils considèrent requis;
  • 66 % mentionnent l’impossibilité de faire des interventions préventives;
  • 56 % des répondants ont identifié le manque de ressources dans leur corps d’emploi comme première raison de la surcharge de travail.

Une négociation importante

En terminant, Jacques Landry presse le gouvernement du Québec de profiter de la négociation en cours pour discuter sérieusement avec les porte-parole de la FPPE-CSQ afin d’identifier des mesures concrètes, notamment pour régler les problèmes urgents de manque de ressources professionnelles. « Actuellement, les discussions, aux tables de négociation, piétinent. Le gouvernement ne propose rien de concret pour améliorer la situation actuelle, qui ne cesse de se détériorer », conclut le président de la FPPE-CSQ.

– 30 –

Profil de la FPPE-CSQ

La Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation du Québec (FPPE-CSQ) représente 19 syndicats regroupant 10 000 membres répartis dans la quasi-totalité des commissions scolaires du Québec, francophones, anglophones, Crie et Kativik. Elle compte parmi ses membres différentes catégories de personnel dans les secteurs administratif, pédagogique et dans les services directs aux élèves (entre autres, psychologues, psychoéducatrices et psychoéducateurs, orthophonistes, conseillères et conseillers d’orientation, orthopédagogues, etc.).

Renseignements

Claude Girard
Conseiller en communication
Cell. : 514 237-4432
Courriel : girard.claude@lacsq.org

Le syndicat en bref

photo

Notre mission

En quoi consiste notre rôle? Il y a la défense des membres, entre autres.

photo

Négociation 2020

Pour les pros, il faut que ça change maintenant

photo

Nos membres

Les professionnelles de l’éducation du Bas-Saint-Laurent. Qui sont-ils?

photo

Le contrat de travail

Quels sont vos droits et vos responsabilités en vertu du contrat collectif de travail?

photo

Actualités

Pour tout savoir de ce qui se passe dans notre organisation syndicale, par ici...

photo

Nos dossiers

Vous avez besoin d’information en lien avec les droits parentaux, la retraite, les assurances ?

Notre structure et les représentants

Notre syndicat représente les membres de deux centre de services scolaires, sa structure est donc conçue pour veiller à ce que des membres de chacune de ces organisations puissent jouer un rôle de proximité auprès des membres. Le conseil d’administration est composé des représentants de l’exécutif et des représentants d’unités

Instance exécutive

Les membres de l’exécutif voit à la mise en œuvre des actions du syndicat selon les responsabilités de chacun. Ils ont en outre un rôle politique auprès des centres de services scolaires.

Diane Bélanger
Psychoéducatrice
Présidente

Sylvie Codère
Psychologue
Vice-présidente
Julie St-Georges
Psychoéducatrice
VP aux communications
Gaétan Côté
Conseiller d'orientation
VP aux affaires financières


Les unités

Les membres travaillant dans chaque centre de services scolaire font partie d’une unité indépendante qui voit à la représentation des membres auprès de employeur. Il y a donc deux unités dans notre organisation, l’unité des Monts-et-Marées et l’unité des Phares. C’est techniquement à leurs représentants d’unité que les membres doivent s’adresser lorsqu’ils estiment avoir un problème ou lorsqu’ils ont des questions.

Karine Dupont
Animatrice à la vie étudiante
VP à l'unité des Phares
Maude Beauchesne-Rondeau
Orthopédagogue
Déléguée adj. des Phares
Geneviève Lévesque
Orthopédagogue
Déléguée adj. des Phares

Anick Fortin
Conseillère pédagogique
VP à l'unité Monts-et-Marées
France-Annie Lavoie
Conseiller en rééducation
Déléguée adj. Monts-et-Marées
Temporairement vacant
Délégué(e) adj. Monts-et-Marées

Capsules des droits et responsabilités d’un syndiqué

Quels sont mes droits lors d’un déménagement?

La convention prévoit un jour de congé pour le changement de domicile et ce une fois par année civile, le jour du déménagement. Les clauses 7-4.00 et suivantes précises ces droits et plusieurs autres (décès dans la famille, mariage, ordination…).

Que doit inclure mon contrat d’embauche?

Il n’est pas automatique pour un professionnel de devoir signer un contrat. Selon le statut d’engagement, la Commission scolaire aura ou non l’obligation de produire un contrat. Pour les surnuméraires et les remplaçant, la CS peut procéder par lettre d’engagement et devra inclure sensiblement les mêmes informations. Consultez la convention aux articles 5-3.04 pour en savoir plus.

Peut-on me refuser un avancement d’échelon?

La clause 6-10.00 de la convention collective prévoit qu’un professionnel a droit à un changement d’échelon à tout les 6 mois pour les 8 premiers échelons et une fois l’an pour les 10 échelons subséquents. Si vous croyez que cette clause n’a pas été respectée, faites vos vérifications et communiquez avec vos représentants d’unité à la page contact du site.

Coordonnées

150 rue Émile-Labbé
Amqui, Québec
G5J 1J4

(418) 629-0522

Affiliations

Nous joindre